samedi 19 avril 2014

Vous êtes ici : échoplanète - Environnement, économie et solidarité en Provence » Actu » Transport » Le covoiturage passe à la vitesse supérieure

Le covoiturage passe à la vitesse supérieure

8.01.2013 / Transport / Source : Rédaction wiki2d - C.H. journalistewiki2d@gmail.com

Imprimez :

Selon Covoiturage.fr – le leader du secteur qui rassemble plus de 90% des annonces de covoiturage en France – les Français sont nombreux à avoir recours au covoiturage pendant les fêtes de fin d’année. Zoom sur une alternative économique et écologique qui a le vent en poupe.

Un trafic record. Entre le 21 décembre et le 6 janvier, un demi-million de covoitureurs auraient partagé leur trajet sur covoiturage.fr, « soit l’équivalent de plus de 1250 TGV pleins« , précise le site. Covoiturage.fr peut d’ailleurs se vanter de compter plus de 2,6 millions d’utilisateurs, et de séduire « 4000 nouveaux inscrits par jour en moyenne en 2012 soit un nouvel inscrit toutes les 20 secondes ». Ce boom à l’occasion des fêtes montre que la pratique du covoiturage n’est plus réservée aux trajets réguliers domicile-travail, mais devient aussi un réflexe pour les vacances.

Si le covoiturage a de plus en plus de succès auprès des Français, c’est d’abord parce qu’il est économique. « Les prix en covoiturage sont très compétitifs et sans fluctuation de dernière minute puisqu’il s’agit d’un partage des frais d’essence et de péage », détaille Covoiturage.fr. Pour un Marseille-Paris, comptez entre 40 et 60 euros, et près de 15 euros pour un Avignon-Lyon, soit en moyenne deux fois moins que le même trajet en train.

Toujours plus de fiabilité

Autre paramètre, qui rebutait certains automobilistes: la fiabilité. « Avant, on avait toujours la crainte de se faire poser un lapin. Quand on est conducteur, si un passager se désiste au dernier moment, le trajet revient plus cher…et quand on est passager et que le conducteur ne vient pas, on est coincé. Le fait que l’on puisse maintenant payer les trajets à l’avance a nettement diminué ce genre de problème« , commente Julie Danlos, une jeune aixoise adepte de Covoiturage.fr, récompensée aux Trophées de l’Ecocitoyen. Ainsi, les passagers peuvent acheter leur place à l’avance comme ils le feraient pour le train ou l’avion. Les conducteurs, eux sont assurés de la réservation des places, et bénéficient d’une indemnisation en cas de désistement d’un passager.

La fiabilité, c’est aussi le créneau sur lequel mise GreenMonkeys, une start-up aixoise qui mise sur les entreprises pour développer le covoiturage dans la région. « Beaucoup de conducteurs hésitent à covoiturer parce que sur les sites classiques, il faut trouver une petite annonce qui corresponde à son parcours, et en cas d’annulation, on se retrouve sur le carreau » , expliquait à wiki2d Sébastien Touchais, co-directeur de l’entreprise. Chez Green Monkeys, point d’annonce, c’est un algorithme mathématique qui vous trouve un compagnon de voyage. « Il suffit d’indiquer vos trajets, puis d’attendre la liste des covoitureurs potentiels. »

Impact environnemental

En plus de l’argument financier, le covoiturage est également plus écologique, puisque la plupart des covoitureurs utilisaient auparavant leurs véhicules seuls. En moyenne, l’émission d‘une tonne de CO2 est évitée (1,1 tonnes d’équivalent CO2) par covoitureur et par an. Depuis son lancement en 2004, Covoiturage.fr estime que le service aurait permis d’économiser 500 000 tonnes de Co2 sur 10 millions  de covoiturages.

Lire aussi :

Le covoiturage sur les campus, un système simple et efficaceMobilité durable : Lancement du blog ecomobilite.vaucluseBougez futé : les alternatives au tout voiture

Par



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Vos réactions à “Le covoiturage passe à la vitesse supérieure

  1. LeBoterf dit :

    Je ne suis pas d’accord sur l’argument des économies de CO2, car sans covoiturage, les passagers auraient pris le train ou ne seraient pas partis. En Allemagne, il se développe un « trafic » de covoiturage. De nombreuses personnes le font d’une manière commerciale pour gagner de l’argent. Ils ont des petits bus de 8 personnes et font quatre ou cinq fois par jour le trajet Cologne-Francfort ou deux fois Cologne-Paris, sans payer d’impôts sur la recette bien sûr, mais j’imagine que l’Etat s’y retrouve avec les impôts sur les carburants.