vendredi 22 août 2014

Vous êtes ici : échoplanète - Environnement, économie et solidarité en Provence » Actu » Spécial Parc national des calanques: Zoom sur la faune du massif (2/3)

Spécial Parc national des calanques: Zoom sur la faune du massif (2/3)

2.08.2012 / Actu, Biodiversité / Source : Rédaction wiki2d - redacwiki2d@gmail.com

Imprimez :

Des petites bêtes, ce n’est pas ce qui manque dans les calanques. Reptiles, insectes et oiseaux ont appris à s’adapter à l’aridité de cet espace.

Les calanques sont ainsi l’habitat de 25 espèces de vertébrés protégées par la loi, dont 22 considérées comme en voie de disparition. Mais difficile d’apercevoir tout ce petit monde qui ne sort souvent que la nuit.

Au détour d’un rocher, il est néanmoins possible de tomber nez à nez avec un petit scorpion jaune mais n’ayez crainte, celui-ci n’est pas dangereux. Ce qui n’est pas le cas du scolopendre, ce mille-pattes de 6 à 15 cm dont la morsure peut s’avérer très douloureuse. Le grand capricorne, l’un des plus grands coléoptères d’Europe, fait aussi partie des invertébrés en voie de disparition encore présent dans les calanques.

Quant aux reptiles, tous sont protégés, à l’image du lézard ocellé – le plus grand d’Europe avec ses quelque 60 centimètres -, du lézard vert et du phyllodactyle d’Europe. Si vous croisez un serpent, pas d’inquiétude, il s’agit sans doute de l’une des trois espèces de couleuvres inoffensives qui ont élu domicile dans le parc.

Les mammifères sont en revanche peu nombreux, mais on trouverait quelques blaireaux -en voie de disparition-, des musaraignes, lapins de garenne ou encore des renards, qui vivent plus particulièrement dans la garrigue et les pinèdes. Dans les fissures des grottes se réfugient des fouines et au cœur des grottes ce sont les chauves-souris que l’on aperçoit.

Les rois des airs

Dans les calanques se dressent les plus hautes falaises maritimes d’Europe, un habitat exceptionnel où se reproduisent de nombreuses espèces d’oiseaux, qu’ils soient migrateurs ou non. Parmi toutes les espèces recensées, on en compte 25 qui sont protégées en France et 10 qui sont considérées comme en voie de disparition.

En levant les yeux, on peut entrevoir des perdrix rouges, des fauvettes, des rossignols, des bruant zizi, des hiboux Grand-duc, des circaètes-jean-leblanc ou encore, avec beaucoup de chance, l’aigle de Bonelli, le rapace le plus menacé de France. Sa présence dans les calanques remonterait à plus de 200 000 ans, mais sur les trente couples subsistant en France, un seul vit dans les calanques.

Le puffin cendré compte parmi les espèces d’oiseaux marins en danger. Cousin de l’albatros, il parcourt jusqu’à 8 000 km chaque année depuis les mers australes pour venir se reproduire sur les îles de Marseille, à Riou ou au Frioul. Il est classé comme espèce vulnérable par l’UICN, comme son cousin le Puffin Yelkouan, une espèce qui n’est présente qu’en Méditerranée et ne se reproduit que sur les îles provençales.

En revanche, le Gabian, goéland leucophée de son nom scientifique, est l’espèce la plus représentée dans le massif. A Marseille, leur population est estimée à 23 000 couples et elle augmenterait d’environ 10% tous les ans.

Lire la suite de notre dossier spécial sur le Parc national des calanques

Partie 1: Une biodiversité remarquable

Partie 3: Ca grouille dans les fonds marins

Par



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>