jeudi 17 avril 2014

Vous êtes ici : échoplanète - Environnement, économie et solidarité en Provence » Actu » Biodiversité » Vaison-la-romaine: Les figues bio de Pierre Baud

Vaison-la-romaine: Les figues bio de Pierre Baud

19.10.2012 / Biodiversité, Santé et environnement / Source : Magazine Gens du Sud - Michel Egea info@wiki2d.org

Imprimez :

Plusieurs variétés de figues sont sur les étals provençaux en ce mois d’octobre. Certaines iront même jusqu’en novembre. À Vaison-la-Romaine, sur la route qui mène de Roaix à Villedieu, Pierre Baud fait prospérer plus de 300 variétés. Et vend ses arbres jusqu’au Japon… Portrait.

Pierre Baud est né en 1957 alors que le verger de figuiers planté à Vaison- la-Romaine par son père, au Palis, entre Roaix et Villedieu, dans le Vaucluse, avait deux ans. «Ici il y avait des vignes en coteaux, un peu de maraîchage, des asperges et des tomates, se souvient Pierre Baud, et mon père avait pour objectif de diversifier la production de la propriété. Avec des figuiers, mais aussi en proposant des peupliers car ces années marquaient le retour des pieds-noirs et ceux qui s’installaient à la campagne voulaient des peupliers pour créer des haies entre les vergers.»

Monsieur Baud, père, plante donc ses figuiers en 1955. L’année suivante, le verger est ratatiné par le grand gel de 1956. Ils repartiront sur la souche. Et il va lui falloir de la constance, à Monsieur Baud, afin de poursuivre son entreprise de multiplication du figuier. Certes, cet arbre symbolise la puissance, la procréation, la vie, l’immortalité et la connaissance en Asie, la fécondité, la longévité, la résistance et la régénération en Égypte, mais, en 1962, rebelote. Verger détruit par un nouveau grand gel. Et une fois de plus, l’arbre sacré renaît par sa souche. «Au fil des ans, poursuit Pierre Baud, mon père a transformé l’exploitation agricole en pépinière, multipliant les figuiers et les peupliers par bouturage.»

Et pendant que le père multiplie, le fils mène de brillantes études de botanique, s’octroie un DEA d’agronomie avec un travail de physiologie végétale appliquée sur la figue. «J’ai ensuite enseigné pendant dix ans les techniques de production et de commercialisation dans le milieu horticole biologique.» En 1990 Pierre Baud quitte l’enseignement. Direction la petite route entre Roaix et Villedieu. «J’ai donc repris l’exploitation cette année-là, poursuit l’éleveur de figuiers. Et j’ai développé un véritable conservatoire qui est fort, aujourd’hui, de plus de 300 variétés, dont une soixantaine en pépinière. C’est la passion et les rencontres qui fournissent, en quelque sorte, ce conservatoire. Je collectionne ici toutes les variétés compatibles avec le climat.»

La figue, un produit très fragile

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’activité principale de Pierre Baud n’est pas de produire des figues, mais des figuiers. 95% du chiffre d’affaires de la pépinière étant constitué par la vente d’arbres et de bois. Il exporte même des greffons au Japon. «En fait, la figue est un produit très fragile. C’est vraiment un fruit qu’il faut cueillir et consommer très rapidement. Puis même si les gens connaissent bien les figues, ils les consomment moins que d’autres fruits. Alors je travaille avec deux ou trois restaurateurs du pays de Vaison et avec une société de Rungis, Les Vergers de Saint-Eustache, qui fournit les grandes maisons parisiennes. Je fournis aussi des figues chez Bras, Pic ou encore à la Pyramide à Vienne. Je cueille les fruits le matin, les conditionne et ils sont dans les assiettes le lendemain. C’est la seule façon de faire.»

Pas de vente de fruits à la pépinière, donc, mais si vous désirez vous offrir un figuier c’est possible. Pierre Baud ne sera pas avare de conseils pour vous aider à le choisir. Signalons aussi que notre spécialiste élève également grenadiers et jujubiers, fruitiers provençaux s’il en est. «Mais je ne vais pas tarder à laisser tomber les jujubiers…» Et de retourner vers ses paniers où il aligne délicatement les fruits gorgés de pulpe et de soleil. Au fait, dernière précision, mais ça tombe presque sous le sens, la pépinière est menée en agriculture bio.

Pépinières Baud : Le Palis, 84 110 Vaison-la-Romaine. Tél. 04 90 36 08 46.

Lire aussi:

Gauthier Déviera : Profession cabanierEguilles: Manon, productrice de poivrons bioPlus d’articles de la rubrique alimentation



Magazine Gens du Sud

« Gens du Sud » vous dévoile les personnalités qui, connues ou anonymes, participent au rayonnement de la région. Magazine, 3€50 sur la boutique en ligne de La Provence et en kiosque.

Portraits, interviews, rencontres, rythment les pages de ce magazine. Vous pourrez aussi lire un dossier consacré à une ville du sud présentée par l’un de ses enfants célèbres et une saga familiale bien de chez nous. Une large partie du mensuel sera consacrée au terroir, au savoir-faire des artisans de Provence, aux modes de vie parfois insolites de contemporains sudistes.

Par



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

2 réactions à “Vaison-la-romaine: Les figues bio de Pierre Baud

  1. SCHRAMM PAUL dit :

    Bonjour
    Très bon article sur vous et votre pépinière unique, puisqu’on y a trouvé un jour la figue « Ravin de Calce ». Je cherche une 100 de plants de ce figuier pour la fin janvier, cadeau à la population. Est ce possible ? 

    Merci de me répondre, bonnes fêtes.

    • journaliste-wiki2d dit :

      Bonjour,
      Merci pour votre commentaire. Pour votre demande particulière, nous vous invitons à contacter directement le producteur (coordonnées en bas de l’article)