jeudi 24 avril 2014

Vous êtes ici : échoplanète - Environnement, économie et solidarité en Provence » Actu » Biodiversité » Pays gourmand: coopérer pour valoriser les circuits courts dans les Alpes

Pays gourmand: coopérer pour valoriser les circuits courts dans les Alpes

31.07.2013 / Biodiversité, Santé et environnement / Source : La Provence - G.G.

Imprimez :

machine agriculture

redactionDernièrement s’est tenu dans la salle des fêtes d’Allos, le premier comité de pilotage du projet « Pays Gourmand » qui marque le lancement officiel de la coopération inter-Pays autour d’un projet commun de valorisation des circuits courts.

Cette coopération autour du label « Pays Gourmand », créé en 2010 par le Pays Asses Verdon Vaïre Var, est menée dans le cadre d’un projet leader entre ce Pays A3V et le Comité de Bassin d’emploi Emergence du Pays Serre-Ponçon Ubaye Durance (Pays SUD).

Voisins par le col d’Allos, ces deux territoires complémentaires rencontrent de nombreux points communs, aussi bien sur le plan des productions agricoles tournées vers le pastoralisme que sur leur économie touristique essentielle.

25 restaurateurs

Afin de valoriser ces destinations touristiques à travers leur gastronomie et la grande richesse de leurs produits agricoles de qualité, c’est tout naturellement que ce label a été proposé avec succès aux restaurateurs locaux qui sont aujourd’hui plus de vingt-cinq à se l’être approprié.

Maintenir une agriculture vivante

Ces derniers ont la même envie de faire découvrir et apprécier les saveurs locales à leur clientèle. Ils s’engagent dans une réelle démarche de qualité et sont réellement motivés par un approvisionnement en circuits courts quand on sait qu’il serait plus facile de faire appel à un grossiste traditionnel.

En valorisant les productions agricoles et en améliorant l’image de la restauration, les restaurateurs du réseau participent pleinement au dynamisme de l’économie et au maintien d’une agriculture vivante, garante de la beauté de nos paysages…

Pays Gourmand permet de créer des liens entre des acteurs économiques différents qui, en dehors de ce projet, ne se seraient pas forcément rencontrés.

Les agriculteurs et les restaurateurs n’ont pas toujours l’habitude de travailler en collaboration directe et l’accent sera mis dans les prochains mois, pour que ce rapprochement soit encore plus efficace tel que le soulignait Bernard Molling, président du pays A3V.

Une plaquette et des infos

Une plaquette situant les restaurants via une cartographie est disponible dans la plupart des lieux d’accueil touristiques et participe aussi à faire connaître notamment les villages plus isolés, qui ne sont pas situés sur des itinéraires fréquentés. Cette démarche transversale ne concerne donc pas uniquement les communes les plus touristiques comme Castellane ou le Val d’Allos, mais également des communes moins connues comme Soleilhas, La Colle Saint Michel ou La Martre pour le seul pays A3V. Il en sera désormais de même pour le pays Sud.

Des établissements ouverts à l’année

Il est important de préciser que ce projet n’est pas destiné qu’à la clientèle touristique. Tous les établissements labélisés sont ouverts à l’année (même si ce n’est pas un critère de la charte).

En octobre 2013, des événements culturels seront d’ailleurs organisés dans les restaurants du réseau lors de la semaine du goût.

Tous les restaurateurs des deux pays concernés peuvent entrer dans cette démarche en signant une convention comportant plusieurs engagements.

Parmi lesquels, le restaurateur s’engage à s’approvisionner localement, et à servir au moins un plat composé majoritairement de produits locaux, de promouvoir l’agriculture locale et de communiquer sur le réseau et le territoire.

Les Pays s’engagent quant à eux à prendre en charge le volet communication et promotion du réseau. Avoir des produits locaux de qualité dans la restauration correspond à une attente croissante des clients, qu’ils soient d’origine locale ou touristique, en témoignent les retours très positifs…

Une initiative que les chargés de missions n’ont de cesse d’accompagner et qu’il convient de féliciter mais aussi d’encourager en déjeunant ou en dînant le plus souvent possible dans les restaurants fournis par ces bonnes adresses.

Lire aussi:

Alimentation: Comment développer les circuits courts?

Livre: A la rencontre des « héros des champs »

PACA: Le Mois de l’Economie sociale et solidaire souffle ses 10 bougies

 

Par